La nature s’emporte

La nature s’emporte - Normand Martel

Nous venions juste d'emménager dans notre nouvelle résidence d'été. Nous étions tellement contents. C'était notre maison pour l'été, la température était très belle, nous occupions nos journées au soleil, à se faire bronzer. Nous écoutions de la musique toute la journée, et le soir venu, nous mangions à la table extérieure, même par les journées de pluie. Il y avait une grande toile qui surplombait la table à dîner, pour nous protéger de la pluie. Nous étions toujours à l'extérieur, si ce n'était pas pour relaxer, nous occupions nos journées à ajouter de la décoration extérieure pour embellir notre nid. Nous aimons vraiment notre chalet, nous avons travaillé fort pour nous permettre ce luxe, mais dans l'instant d'une journée tout a basculé.

Nous étions assis à l'extérieur et écoutions la radio locale, tout à-coup un message d'alerte se fit entendre. Ils mentionnaient qu'un orage violent était en route vers notre secteur. Dans moins de vingt-quatre heures, le point fort de l'orage allait être au-dessus de nos têtes. Je n'avais jamais vécu une telle force de la nature auparavant. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Nous faisions tout pour nous préparer, mais j'étais tellement apeuré que les préparatifs ne semblaient jamais assez. Depuis l'alerte lancée, nous écoutions la radio locale chaque minute pour savoir les dénouements de la tempête. La journée suivante, les signes de la tempête se faisaient voir, le ciel était couvert de nuage noir et épais, le vent a commencé à souffler et les gens s'agitaient de plus en plus. La tempête progressait avec rapidité et prenait de la force. Nous ne savions pas si nous allions rester dans notre maison lorsque la tempête allait frapper avec toute sa force. Quelques heures avant l'arrivé de l'orage qui ressemblait plus à un ouragan, nous avions décidé de quitter notre demeure pour aller se réfugier dans un édifice sécuriser pour faire face aux tempêtes, beaucoup de personnes y étaient déjà installées. Lorsque la tempête frappa de toute sa force, c'était terrifiant, nous pouvions entendre le grondement du vent qui soufflait à l'extérieur, le plus fort de la tempête ne dura que quelques minutes. Après cela, les autorités, étaient en route pour aider les personnes touchées par la tempête. Beaucoup de gens étaient restés dans leurs demeures ou n'avaient pas trouvé d'endroit pour se réfugier. Lors que j'ai vu les gens blesser ou traumatiser par les évènements, j'ai tout de suite offert mon aide. Auparavant, j'avais aidé des personnes âgées à la résidence aline tanguay. J'avais les compétences pour donner un coup de main aux personnes qui travaillaient là-bas. J'accueillais les gens avec de légères blessures et exerçais les premiers soins.

Dans cet événement, on a perdu notre résidence. L'orage était si fort, qu'il l'a en grande partie, détruite. Par contre, on a eu l'opportunité d'aider les gens dans le besoin comme une grande famille.