Léonard de Vinci

Léonard de Vinci - Normand Martel

Je suis allée à une conférence sur Léonard de Vinci, la semaine dernière, et j’ai eu beaucoup d’informations sur ce génie. Il a eu une vie mouvementée, il a laissé des plans pour des machines très en avance sur son temps, il a discuté avec des rois et des hommes puissants. Chantal m’avait poussée à venir avec elle, et elle m’avait même offert le billet d’entrée. Quand j’avais eu cette invitation, je ne pensais pas du tout que j’apprécierais autant d’écouter un conférencier pendant deux heures. Son discours était si intéressant, que je suis restée avec l’esprit éveillé et curieux, sans que cela me demande de faire des efforts. D’habitude, je passe sur une autre chaîne de télévision, si un documentaire historique est présenté. Je n’aime pas les explications longues et ennuyeuses de la plupart des commentateurs. 

Par contre, pendant cette présentation de la vie, et de l’œuvre du grand maître, je ne m’étais jamais ennuyée. J’avais gardé intérêt constant, et je m’étonnais de cette concentration. Depuis la fin de mes études, je ne m’étais jamais aventurée à aller dans un tel endroit. J’étais allée à l’université plus par obligation que par goût pour les études. J’ai parlé de cette fantastique discussion avec cet éminent spécialiste avec ma mère. Elle aime tout ce qui touche à l’histoire. Elle aurait aimé m’accompagner à cette sortie des plus culturelles, mais elle avait un rendez-vous avec un professionnel de la greffe dentaire, qu’elle n’avait pas pu déplacer. Ses remarques me donnèrent l’occasion de me remémorer ce que j’avais entendu, et de mieux comprendre certains détails, qui m’étaient apparu, comme moins importants, alors qu’ils avaient tout changé pour Léonard de Vinci.

J’ai mis par écrit ce dont je me souvenais, quelques jours plus tard. Avec beaucoup d’application, j’ai tenté de reprendre les grandes lignes de la conférence. C’était un exercice intéressant. J’ai envoyé à Chantal ce court article et elle a adoré. Comme elle comprenait que j’étais intéressée pour l’accompagner de nouveau, car une session de trois heures était organisée sur le thème de la chevalerie au Moyen-âge en Allemagne, elle m’a fait suivre cette information et je suis venue. J’ai encore plus apprécié le sujet que pour la précédente et, depuis, mon amie ne manque jamais de me prévenir quand elle sait qu’un thème sera présenté par un conférencier. Je commence à avoir une vraie passion pour l’histoire et je suis toujours aussi étonnée de cet intérêt.