Un insecte en voie de disparition

Un insecte en voie de disparition - Normand Martel

C’était par une fin d’après-midi, en été, que je découvris dans mon jardin, une espèce d’insecte que je n’avais encore jamais vue. Immobile, le long animal était noir, non pas sombre et mat comme une carapace de coléoptère, mais plutôt brillant comme de la laque chinoise. Il bougeait ses antennes, son grand corps plat était fait de parties qui s’articulaient. Je le pris en photo et je postais le cliché sur mon site. Je n’attendis pas longtemps, car j’avais de fervents admirateurs des images que je réalisais dans la nature. Certains étaient des entomologistes passionnés qui me répondaient à coup sûr lorsque je m’interrogeais sur l’espèce ou la variété d’un insecte. D’autres, les botanistes, évidemment, commentaient mes photos de fleurs des champs. Je décrivais aussi le milieu dans lequel je les avais photographiés. Cela aidait pour la reconnaissance de ce que je mettais en ligne.

Petit à petit, j’ai acquis une certaine connaissance des noms d’animaux, d’insectes ou de plantes que j’avais autour de chez moi, voire carrément, à mon domicile. J’avais récemment immortalisé une araignée aux longues pattes qui passait dans ma chambre. J’avais toujours été fasciné par ces bestioles, que beaucoup trouvent étranges et cruelles. J’aimais la grâce de certaines espèces. Leurs longues pattes fines sur lesquelles elles se déplaçaient me faisaient penser à un ballet de danseuses classiques juchées sur la pointe de leurs pieds. Certaines tissaient leurs toiles dans les encoignures de mes portes et fenêtres Longueuil . Ma femme de ménage les chassait régulièrement, mais elles revenaient toujours.

J’attendais donc que quelqu’un reconnaisse l’insecte que j’avais vu. Je regardais régulièrement, mais je savais que j’avais un décalage horaire de cinq heures avec certains de mes correspondants. Pour passer le temps, je feuilletais un livre qui me donnerait peut-être quelques éléments. Si seulement je pouvais reconnaître au moins la famille de cet étrange insecte, cela me permettrait d’avancer. Enfin, une personne me répondit. C’était une femme qui venait de voir mon message à son réveil. Pour elle, pas de doute, cela ne pouvait être qu’une espèce de grillon-taupe. Cet insecte est en voie de disparition, j’avais eu beaucoup de chance de l’apercevoir. Normalement, il vivait la nuit, mais il sortait parfois de terre en fin de journée, si la chaleur avait été trop importante. Elle était vraiment enthousiaste de savoir que j’en avais recensé un, il y en avait certainement d’autres qui vivaient dans mon jardin.